Le hamac

Faites du hamac une chouette concrétisation de votre accompagnement Slow pédagogie.

Si pour l’adulte, le hamac peut ne représenter qu’un simple lieu de prélassement, pour l’enfant il peut devenir un lieu riche d’explorations et d’enseignements.
Le hamac incarne très bien la Slow pédagogie car c’est une enveloppe dont le mouvement est celui du bercement. Il invite à une activité tranquille où se saisissent les choses de l’instant au fur et à mesure qu’elles sont observées et ressenties dans l’environnement qui l’entoure.

Pourquoi le hamac est-il un support pédagogique pertinent pour l’enfant ?

  • Il est une manière d’aller au contact de la nature, un environnement de prédilection pour les jeunes enfants. Parce qu’elle est vivante, changeante, palpable, enseignante et variée, la nature attire l’enfant. Il a spontanément envie de l’observer, de la comprendre.
  • Dans son plus jeune âge, l’enfant a besoin d’enveloppement et de contenance. Le hamac, capable d’épouser toutes les silhouettes de ses occupants, répond à ce besoin.
  • Par sa grande dimension, le hamac offre la possibilité d’être occupé par plusieurs personnes. Ainsi cet objet peut devenir un lieu commun de retrouvailles et de détente entre petits et grands ; il répond alors au besoin de nourriture affective de l’enfant.
  • Le hamac n’impose pas de rythme. Au contraire il obéit à celui impulsé par son occupant. A l’intérieur du hamac l’enfant peut décider de se balancer plus ou moins vite, chanter et rêver, ou de ne pas bouger pour observer longuement un détail de la nature.
  • Il provoque la posture d’observateur, une posture très importante car porteuse de connaissances.

Comment proposer le hamac aux jeunes enfants ?

L’idée est que l’enfant puisse entrer et ressortir du hamac de manière autonome. L’adulte, lui, doit pouvoir être en confiance quant à l’utilisation de cet objet. Ainsi une installation sur un support à hamac avec un positionnement à 10-15cm du sol, répond à ce double objectif.

Faire le choix d’un support pliable et portatif est intéressant. Il permettra de proposer à votre enfant le hamac dans des lieux variés.

Avec des mains couturières, vous pouvez réaliser des sortes de hublots dans le tissu de votre hamac afin que l’enfant puisse également observer et toucher la nature au-dessous de lui.

Qu’allez-vous pouvoir observer chez l’enfant ?

  • Un émerveillement du tout-petit. De part la sensation d’enveloppement, le bébé est en général tranquille et serein physiquement dans un hamac. Il regarde avec intensité ce qui se trouve au-dessus de lui. Souvent en silence au départ, on l’entend ensuite gazouiller comme s’il était en « conversation » avec la nature.
  • Une observation attentive : les feuilles des arbres (encore accrochées aux branches ou virevoltant à l’automne), les éléments mis en mouvement par le vent, les oiseaux, la trace du passage d’un avion, les nuages, etc ; aucun détail n’échappe à l’enfant. Il le montre du doigt, questionne parfois l’adulte à ce sujet.
    En se penchant en direction du sol ou si le hamac comporte des hublots, l’enfant observe alors les brins d’herbe qui bougent, les fleur, les champignons, le tapis mousseux, la coccinelle, la fourmi ou de tout autre petite bête passant par là. Dans cette position, il peut compléter ses observations visuelles par des investigations manuelles en attrapant un élément au sol.
    L’adulte réalise ici à quel point l’enfant est vif dans ses observations et à quel point il est lui devenu un peu « blasé » de son environnement, souvent à tort.
  • Une prise de conscience de différentes sensations ; l’enfant ressent l’effet des différents éléments de la nature sur lui : le vent qui fait bouger les cheveux ou qui chatouille, les températures fraîches qui rendent le bout du nez tout froid, etc.
  • Une attitude joueuse : l’enfant peut considérer le hamac comme une cabane et entreprendre un jeu de cache-cache en se recouvrant avec e surplus de tissu. Ou inviter un autre enfant ou un adulte à le rejoindre. Place alors au partage, à la complicité, aux rires, à l’observation combinée.
  • Une sensation de détente. L’enfant se berce et se sent bercer : il comprend que ses propres mouvements génèrent la mise en mouvement du hamac. L’intensité des premiers induisant l’intensité du deuxième. On le voit alors apprécier un bercement ludique apparenté à une balançoire ou alors un bercement léger source de détente. L’enfant peut au fur et à mesure adopter le hamac comme un lieu refuge/ressource où il apprécie venir se poser, marquer une pause entre toutes ses autres aventures ludiques, prendre le temps de rêver les yeux ouverts.
  • Un endormissement. La nature du hamac offre des conditions favorables à l’endormissement. Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, de nombreuses études scientifiques sont présentes sur internet. L’une d’elle parle même de l’effet positif sur la croissance des bébés prématurés couchés dans un hamac au sein de leur couveuse.

Quelle posture adopter en tant qu’adultes ?

Il est possible de laisser l’enfant vivre seul son expérience du hamac ou de la partager avec lui selon sa demande. L’adulte peut être un support de réponses à ses questionnements par exemple ou offrir une présence privilégiée à l’enfant en vivant ce moment tranquille avec lui .

L’adulte peut aussi prendre des photos de ce que l’enfant observe pour lui constituer un petit album. Le support photos permet de revenir sur des observations passées et donne l’occasion à l’enfant de se développer sur le plan intellectuel car il fait appel à sa mémoire, et l’incite à mettre en mots son expérience vécue.

Par cette posture, l’adulte donne de la valeur à l’observation de l’enfant, élément dont il a fortement besoin pour la construction de son estime de soi.

Le hamac dit à l’enfant (et redit à l’adulte) à quel point l’observation est enrichissante. 

Rien de ce qui se vit dans le hamac est décidé à l’avance. Ce sont la nature et le ressenti présent qui amènent son occupant vers des observations, de la détente, du plaisir ou du rêve.

 

 

Les textes de ce site internet sont le fruit de ma pratique et de ma réflexion.
Ces écrits sont donc protégés par le droit d’auteur.
Si vous désirez les diffuser, reproduire, utiliser, réutiliser, traduire, etc. je vous prie de bien vouloir me contacter.
Le terme « Slow Pédagogie » est une marque déposée auprès de l’INPI.

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer